L'éco-conception de nos contenants

L’éco-conception est définie par l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) comme le développement d’un produit recourant aussi peu que possible aux ressources non renouvelables en leur préférant l'utilisation de ressources renouvelables, exploitées en respectant leur taux de renouvellement et associées à une valorisation des déchets qui favorise le réemploi, la réparation et le recyclage.

Existe-t-il un contenant idéal pour les cosmétiques ?

La réponse, vous vous en doutez, est bien évidemment non !

Lors de la conception et de notre refonte d’identité visuelle nous avons réalisé un travail d’éco-conception de nos produits et donc de leur cycle de vie. Vous trouverez ci-dessous les étapes principales qui nous ont permis de faire des choix qui nous semblent les moins impactants sur notre environnement, mais si lors de la lecture de cette page vous pensez avoir des propositions pour encore nous améliorer, nous sommes preneurs.

Développement du contenant

Pour avoir le plus de chance de faire les meilleurs arbitrages dans les choix qui s’ouvrent lors de la conception de contenants, il nous a semblé important de commencer par définir le rôle exact du contenant dans cette première étape. Car il est assez souvent possible que le choix le plus évident puisse être une hérésie totale d’un point de vue environnemental.

Etape 1 - Définir le rôle du contenant

Contenir le produit : pour bien sûr le protéger... une crème cosmétique est une émulsion entre une phase huileuse et une phase aqueuse. Il est donc indispensable d’avoir un contenant qui protège correctement le produit.

Communiquer : donner le nom du produit et indiquer les informations légales (INCI), conseils d’utilisations, etc. Le contenant est donc le premier support de la communication du produit. Il renseigne sur sa composition et ses bienfaits.

Faciliter son usage : le contenant doit apporter une facilité d’usage supplémentaire, et permettre d’optimiser son utilisation pour faire des économies lors de l’usage et d’éviter le gaspillage.

Est-il plus intéressant pour notre impact environnemental d’importer des contenants en verre fabriqués en Chine ? ou en aluminium produits en Inde ? ou du plastique injecté en Italie ?
Et quels sont les processus de fabrication et leurs impacts directs en terme de rejets ?
~~~~~

Sélection des matériaux à plus faible impact

Les différents matériaux utilisés pour les contenants cosmétiques sont essentiellement le plastique, le verre et, plus marginalement, l’aluminium. Il faut donc prendre en compte les matières premières nécessaires ainsi que les difficultés de prélèvement dans la nature et leurs abondances pour comprendre les impacts réels sur notre environnement.
Et définir l’énergie grise du contenant, c’est-à-dire l’énergie qu’il aura fallu pour extraire la matière première, l’acheminer sur le lieu de production, l’énergie et les rejets polluants puis, l’énergie qu’il aura fallu pour arriver chez vous.

Etape 2 - Définir la matière

Le plastique : issu du naphta qui est un liquide transparent obtenu après distillation du pétrole, ce liquide est primordial dans la fabrication du plastique. Il est condensé entre 180°c et 40°C. Il subit par la suite une étape dite « de craquage » pour obtenir de petites molécules appelées des monomères, qui seront mises en réaction pour former des chaînes de polymères de plastique. Mais il est léger, flexible, incassable et hygiénique et offre beaucoup de débouchés de recyclage.

Le verre : c’est la matière qui paraît la plus naturelle d’autant qu’il est très bien collecté et donc recyclé à près de 90% en France. Mais il demande du sable de silice et de la dolomite, sujet qui semble anodin mais malheureusement le sable, surtout riche en silice, est devenu une ressource surexploitée dans le monde et avec des techniques de bateaux dragueurs aspirant le sable marin ayant un fort impact sur le fond marin.

L’aluminium : la production de ce métal issue de la bauxite donne lieu à d'importantes pollutions, dont une émission de fluor qui s’échappe dans l'air et l'eau en s’attaquant notamment à la végétation lorsqu’il est fondu à environ 950°C . La production d’aluminium engendre également des boues rouges, c'est-à-dire des impuretés riches en alumine et en hydroxyde de fer qui leur donnent cette teinte.  Enfin, l’aluminium est une ressource qui tend également à se raréfier.

Maximiser la phase d’utilisation

Le contenant doit offrir une bonne expérience d’utilisation. Comme nous l’avons vu, il doit tout d’abord protéger le produit mais, en cosmétique, il doit également le délivrer, cela évite de devoir doser avec le doigt directement dans le produit. Un flacon type Airless permet d’offrir plus de 250 doses pour un contenant de 50 ml.

Etape 3 – L’expérience utilisateur

Nous avons opté pour un flacon avec une pompe distributrice de type Airless.

Le système Airless assure la protection de la crème du contact avec l’air extérieur. Ce système de pompe fait remonter du fond du flacon un piston ce qui permet d’utiliser la totalité de la crème sans rien gaspiller.

Le système Airless offre l’avantage d’un juste dosage du produit. Seule cette pompe permet d’obtenir plus de 250 doses d’hydratation délivrée sans aucun gaspillage.

Pour la communication nous avons choisi d’utiliser une étiquette plutôt qu’un marquage à chaud ou une sérigraphie directement sur le contenant. Ainsi l’étiquette autorise une grand nombre de détails et nous avions opté, lors de notre changement d’identité visuelle, pour le blanc en couleur majoritaire. Ainsi nous utilisons le moins de couleurs possibles pour faciliter les possibilités de recyclage.

Optimisation de la logistique

Le choix du plastique plutôt que le verre vient principalement de la logistique, en effet pour un système très local avec l’utilisateur qui se déplace avec son contenant en verre chez le producteur c’est le verre qui a le moins d’impact, mais si on l’expédie alors le verre demande 5 fois plus de moyens de transport à cause de son poids.

Etape 4 – Un cycle logistique qui pèse lourd

La logistique prend une place importante dans l’écoconception de nos soins puisque plus de 50% de notre chiffre d’affaire annuel est réalisé sur notre site internet.

Nous avons donc un très gros poste d’expédition et de logistique. Il est donc crucial que le stockage et l’expédition soient pris en compte dans notre impact.

Autre exemple, l’étiquetage plutôt que la sérigraphie est un choix logistique important car nous pouvons gérer les approvisionnements de contenants seulement en fonction de leur contenance et non de leurs formulations.

En effet, avec un marquage à chaud CRÈME JOUR sur un contenant ne pourra plus devenir une CRÈME NUIT. L’étiquette permet d’avoir une meilleure flexibilité. Moins de stockage, moins de transport et moins de gaspillage.

Enfin, la réglementation des cosmétiques évoluant très souvent, si nous devons nous conformer à de nouvelles règles il nous suffit de changer les étiquettes.

Un peu à l’instar des Shadoks, il parait d’instinct assez inefficace de fabriquer des contenants en verre à usage unique pour les recycler dans une filaire que va re-fabriquer des contenants en verre à usage unique. Il semble plus important de bien définir les options industrielles de recyclage qui offriront un grand nombre de débouchés à nos contenants en plastique.
~~~~~

Gestion de la fin de vie du produit

Le taux de recyclage du plastique était en 2020 selon un rapport de Citéo/Adelphe de 54,5 % et 85 % pour le verre. On comprend donc très vite, que le vrai problème avec nos contenants en plastique est de s’assurer de leur recyclage.
Pour cette raison, nous avons mis en place un retour gratuit des contenants usagés. Nous avons identifié un partenaire dans le Loiret qui a réalisé une phase d’identification de nos plastiques pour s’assurer d’une revalorisation en textile, isolation ou encore tableau de bord de véhicules.

Etape 5 – S’assurer des débouchés

Notre programme de revalorisation de nos contenants s’articule en 4 phases :

PHASE 1 : LA COLLECTE CLIENTS
Nous proposons dans un premier temps de stocker nos contenants usagés pour en cumuler au moins 5. Ensuite il faut prendre une photo des contenants, nous l'adresser puis nous envoyons une étiquette prépayée à coller sur le colis. Donc le retour est gratuit, mais ce sont nos clients qui sont le plus important.

PHASE 2 : IDENTIFICATION, TRI & BROYAGE
Quand nous recevons les contenants, nous les collectons pour les expédier chez notre partenaire. Il faut avoir collecté l’équivalent d’une palette complète pour pouvoir l’expédier. Les contenants sont alors broyés en gros copeaux pour être expédiés dans l’usine de recyclage et ainsi en diminuer encore le volume.

PHASE 3 : RECYCLAGE ET MISE EN GRANULATION
Les copeaux sont alors lavés pour évacuer toutes les impuretés de la première utilisation. Une fois propre, il faut passer par la phase de mise en granulation. La mise en granulation va permettre de retrouver une matière première réutilisable pour une nouvelle utilisation industrielle. Des balles de granules sont alors expédiées dans différents sites en fonction de l’offre et de la demande.

PHASE 4 : USAGES (Ouate Synthétique, Textile, Isolation). Nous avons pu identifier plusieurs industriels qui utilisent ces granules pour réaliser de la Ouate Synthétique dans l’industrie du textile ou de l’isolation des habitats. Mais d’autres utilisations sont possibles comme la revalorisation en dalle d’aire de jeux pour enfants, ou encore en pièce automobile. L’important c’est que nous avons l’assurance que vos contenants renvoyés seront bel et bien revalorisés dans une économie circulaire et respectueuse.
On compte sur vous !

Recyclez vos contenants

Il semble aujourd’hui que la plupart des consommateurs sont prêts à diminuer leur impact environnemental, pour ce faire, le choix du recyclage est devenu indispensable. Donc il est primordial d’offrir à nos clients une solution fiable en nous renvoyant leurs contenants usagés afin que l’on s’assure qu’ils ne finiront pas incinérés mais bien dans une filaire de valorisation avec un grand nombre de débouché tels que du textile, de l’isolation ou encore des parechocs de voiture.