Paiement sécurisé / Livraison 48 h
Livraison gratuite dès 69€ d'achats
Service clients : 02 43 38 21 21

Les bienfaits de la bave d'escargot en Hélicithérapie

Un trésor de la nature vieux de 540 millions d'années


Avec plus de 540 millions d’années d’évolution naturelle,
l’escargot a développé un mucus exceptionnellement
compatible avec la peau et nous vous proposons de
découvrir ici tous ses bénéfices.


La bave d’escargot, c’est un secret millénaire. La Grèce
an9que reconnait très tôt ses bienfaits. Et à cette époque,
elle est identifiée comme une solu9on efficace avec des
vertus : cicatrisante, régénérante, hautement hydratante
ou encore exfoliante.

Les 6 actions remarquables de la bave d'escargot

n°1 : L'ACTION HYDRATANTE ET NOURRISSANTE

Environ 80% de la peau est composée d’élastine*
et de collagène*.

Ces protéines sont naturellement présentes dans la bave d’escargot
et déterminent les propriétés de souplesse et d’élasticité de la peau. Elles permettent la
régénération tissulaire et notamment de lisser durablement les rides ainsi que les vergetures dans la phase de vieillissement de la peau. En
d’autres mots, elles aident à faire peau neuve.

n°2 : L'ACTION RÉGÉNÉRANTE

L’hémocyanine* qui est la protéine la plus abondante dans la bave d’escargot et les protéases à sérine* agissent sur le processus du vieillissement en activant la respiration et le renouvellement cellulaire de la peau, l’ARN hélicase*. C’est une enzyme spécialisée dans des
processus cellulaires cruciaux tel que la réparation de l’ADN , et la protéine RIF1* associée aux télomères sert à la stabilité des cellules et intervient dans le processus du
vieillissement cellulaire et la protection de l’ADN endommagé.

n°3 : l'action cicatrisante

L’actine* qui est elle, la deuxième protéine la plus présente dans le
mucus d’escargot, mais aussi l’allantoïne*, interviennent dans le
processus de cicatrisation des plaies et favorisent la réparation des
tissus. De plus, la myosine* et la protéine PDI* en s’associant à
l’actine* aident également à charger les peptides responsables de la
réponse immunitaire. Toutes ces protéines présentes dans le mucus
permettent d’aider à cicatriser en profondeur le derme et réparer les tissus.

n°4 : l'action purifiante


Les Peptides Antimicrobiennes*, l’Actine*, et les Cytokératines* servent de point d’appui au système immunitaire et aident à limiter la prolifération des bactéries sur la peau. Nous avons également démontré un effet bactériostatique sur S. epidermidis qui est lié à certaines infections cutanées de la peau tel que l’acné. Plus de 80% des adolescents en sont atteints (acné juvénile) et il est de plus en plus fréquent de voir l’acné persister chez l’adulte, et plus particulièrement chez les femmes (acné hormonal).

n°5 : l'action antioxydante


Les composés oxygénés comme la Vitamine D (Vitamin D3*, D4*, Ergosterol*) et les protéases à sérine* jouent un rôle prépondérant dans le renouvellement de la peau en neutralisant l’action des radicaux libres. (fragment obtenu par scission d’une molécule et qui possède un électron célibataire, non apparié, ce qui lui confère une grande réactivité chimique. C’est donc une molécule instable, très réactive avec les molécules environnantes).

n°6 : l'action exfoliante


L’acide glycolique* redonne de l’éclat au teint en éliminant les peaux mortes et permet de réduire les taches cutanées et les cytockératines de type II sont des kératines présentes dans les tissus épithéliaux. Ils ont la particularité d’être basiques ou neutres (pH ≥ 7). Ils s’associent avec les cytokératines de type I pour former des filaments intermédiaires. Ils jouent un rôle dans l’établissement de la barrière épidermique sur la peau.


Sources :
*Les protéines et les peptides nommés ont été confirmés par nos données scientifiques : Recherches réalisées par le Muséum d’histoire naturel de Paris en 2018 et l’université de Normandie en 2019 pour le compte des cosmétiques Mlle Agathe®

Bienfaits par type de peau

Tout dépend de la récolte. On ne prend que ce qu'ils veulent bien nous donner.

Chez Mademoiselle Agathe, nous récoltons le précieux mucus intégralement à la main, dans le respect absolu du bien-être des escargots. Concrètement cela signifie que nous stimulons l'escargot mais que nous ne le forçons pas mécaniquement à sécréter de la bave. Et donc il arrive régulièrement que ce ne soit pas le bon moment et que l'escargot ne réagisse pas à la stimulation. Dans ces cas là nous savons être patients et attendre un jour où cet escargot acceptera de donner.

Dans notre héliciculture drômoise, les escargots sont élevés uniquement pour produire de la bave, 2 fois par ans et nous les laissons mourir de leur belle mort après une vie en général bien plus longue que leur vie en milieu sauvage.